Le 5 juillet, Humanity Diaspo a eu l’honneur de participer à la conférence G7 à l’UNESCO “Innover pour émanciper les filles et les femmes par l’éducation”.

Cette conférence a rassemblé nombreux intervenants de qualité, dont nos ministres de l’éducation Jean-Michel Blanquer et des affaires étrangères Jean-Yves le Drian.

Ce rassemblement s’est articulé autour de plusieurs thématiques: les liens entre éducation, santé et nutrition, le numérique et les femmes, et l’innovation contre les stéréotypes.

Les discours d’ouverture nous ont rappelé l’importance d’une mobilisation constante au regard de l’urgence de la situation de nombreuses femmes et filles à laquelle le G7 doit répondre. En effet, 132 millions de filles ne sont pas scolarisée et comme nous le rappelle Aminata Cissé, jeune militante du Mali, “Il est encore temps d’agir pour l’éducation. Pour certains enfants, l’année scolaire se termine dans un mois, pour 262 millions d’enfants l’année scolaire n’a pas commencé.”

Les intervenants se sont accordés à relever les progrès accomplis en terme de scolarisation, notamment au Burkina Faso. Monsieur Stanislas Ouaro, ministre de l’Education et de l’Alphabétisation de ce pays a fait part de la parité atteinte au collège cette année et des mesures prises pour l’atteindre.

Comme d’autres intervenants, il a mis en avant la problématique des mariages précoces, barrière majeure à la poursuite des études par les filles. Madame Nyaradzayi Gumbonzvanda, ambassadrice de l’Union Africaine pour la campagne visant à mettre fin au mariage des enfants, a rajouté que des mesures à l’égard de la réinsertion des filles marriées de force dans l’éducation sont primordiales.

De nombreux panélistes ont insisté sur l’urgence d’agir contre la précarité menstruelle des filles et des femmes, obstacle de taille dans leur éducation. Mme Henrietta Fore, directrice de l’UNICEF, a très justement conclu: “If we put gender at the center of our thinking, it is the right place to start”.

Intégrer les filles aux secteurs du numérique et des nouvelles technologies est un objectif commun à tous les pays qui se sont exprimés, avec comme mot d’ordre “dégenrons la tech” comme l’a annoncé Bouna Kane, directeur pour la zone Afrique, Simplon.co.

En effet, comme l’a partagé Masahiko Shibayama, Ministre de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie, la part des femmes dans les STEM au Japon (Sciences, Technologie, Ingenieurie et Mathématiques) est bien inférieure à la parité (16,2%), cas loin d’être isolé dans la communauté internationale.

Il y a du positif ! Ce panel a été l’occasion de découvrir des mesures prises en faveur de l’inclusion des filles. Mr Mark Green, administrateur d’ USAID a fait part de l’initiative de la bibliothèque digitale simplifiant l’accès à des manuels scolaires, les filles étant davantage affectées que les garçons. Simplon.co, quant à eux, ont décidé de stimuler le système, en mettant notamment en place des hackathons et d’encourager la prise en compte du genre dans le recrutement dans le domaine du numérique.

Nous avons eu la chance d’entendre Malala Yousafzai accueillie par les invités en standing ovation. Son discours percutant s’est achevé par un appel légitime: “No matter the opportunity, my message remains the same, invest in education.”

Le témoignage inspirant de Nadia Nadim, joueuse de foot au PSG et réfugiée afghane, était un bel exemple d’une femme moteure de changement contre les stéréotypes de genre. Les messages transmis en cette fin de conférence ont particulièrement interpellé le public. “We’ll be credible only when we’ll have women at the head of the European Union” a justement décrié Monsieur Stefano Manservisi, Directeur général de la Coopération (DEVCO), Commission européenne.

Bien que les filles et les femmes aient été au centre de ce rassemblement, Michael Kaufman a quant à lui insisté sur le fait que les garçons et les hommes doivent aussi être inclus dans la discussion, argumentant que les normes de genre impactent négativement les garçons aussi bien que les filles. Son message : “Let’s join the gender equality revolution!” était le parfait message de fin sur cette thématique.

Le président Macron, très attendu, a conclu cette conférence par un discours plein de promesses. Reprenant le thème central de cette conférence, il a affirmé que “le combat que nous avons à mener pour l’éducation des jeunes filles, (…) c’est un combat pour la liberté effective”.

Bien que l’initiative de cette conférence soit saluée, nous restons dans l’attente d’engagements et d’actions concrets. En tant que copilotes du Women7, nous comptons sur cette conférence pour influer positivement sur les décisions prises lors du G7 qui se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août prochain.

Par Amandine GUÉRIN – Assistante plaidoyer chez ONG Humanity Diaspo
et Lorraine ESTEVA – Coordinatrice programmes chez ONG Humanity Diaspo.
Nous contacter à contact@humanitydiaspo.org
www.humanitydiaspo.org